Numéros 49, 50, 51

n° 49

Les dynamiques identitaires

Éditorial
Véronique TIBERGHIEN

Note de synthèseResearch review
Mokhtar KADDOURI, Les dynamiques identitaires : une catégorie d’analyse en construction dans le champ de la formation des adultes

Articles de recherche Research papers
Muriel DELTAND, Projet de reconversion et modes résolutoires de tensions identitaires en formation : le cas de professionnels se préparant aux métiers du conseil
Béatrice DU BREIL DE PONTBRIAND et Marie BRUGAILLÈRE, L’apprentissage et la construction de soi dans une situation de rupture biographique
Sandrine BRISSOT, La mobilité comme espace de transition : une approche par les lieux 

Enjeux théoriquesResearch papers
Brigitte Albero, Jérôme Guérin, Benjamin Watteau, Comprendre la relation entre influences de l’environnement et activité : questionnements théoriques et enjeux praxéologiques 

Comptes-rendus de lectureReading Reviews
Françoise F. LAOT et Claudie SOLAR, Pionnières de l’éducation des adultes. Perspectives internationales.
Brigitte ALBERO, Teresa YURÉN et Jérôme GUÉRIN, Modèles de formation et architecture dans l’enseignement supérieur
PEUPLE ET CULTURE, Penser et agir en commun. Fondements et pratiques d’une éducation populaire.

_______________________________

Éditorial
Véronique TIBERGHIEN

Cette livraison de la revue Savoirs constitue le second numéro thématique après celui consacré à la formation des ingénieurs en 2018. Conçu en lien étroit avec Mokhtar Kaddouri, ce numéro 49 rassemble une note de synthèse et trois articles portant sur les questions identitaires dans la formation d’adultes.
La note de synthèse de Mokhtar Kaddouri se propose d’explorer la notion de dynamique identitaire, son contenu, son statut épistémologique ainsi que son apport à la compréhension de l’engagement en formation des adultes. Cette synthèse prend tout son sens dans un contexte d’hypersollicitation de la notion d’identité à la fois dans le champ des pratiques sociales et dans le champ scientifique des sciences humaines. Dans un contexte de crise et de transformation profonde des repères, la revendication identitaire prend des formes variées. L’usage social de cette notion vient perturber la pertinence que des chercheurs tendent à construire depuis quelques décennies. Pour Mokhtar Kaddouri, le recours à la notion de « dynamique identitaire » contribue à éviter ces interférences entre le discours politique et managérial d’une part et le discours scientifique d’autre part et permet aussi de traiter la question identitaire de façon dynamique.
C’est à circonscrire et définir cette notion que s’emploie l’auteur dans une première partie. Les dynamiques identitaires sont considérées comme des totalités complexes, jamais stabilisées. Le terme « dynamique » renvoie à l’idée de forces en interaction, de tensions et de conflits. C’est une catégorie d’analyse intégrant différentes composantes que la note de synthèse passe en revue : projet identitaire, tensions, stratégies identitaires.
La note témoigne d’un travail minutieux de catégorisation, de définition, de théorisation de ces composantes, travail basé sur la confrontation de travaux scientifiques relevant de plusieurs disciplines. Les propres travaux de l’auteur sont pris en compte dans cette synthèse, qui met au jour des conceptions différentes des processus identitaires. Ainsi sont distinguées une conception conflictuelle de l’identité développée par Renaud Sainsaulieu et une conception transactionnelle théorisée, notamment, par Claude Dubar. Le texte montre aussi les acceptions partagées et les consensus entre chercheurs.
Les stratégies identitaires font l’objet d’un long développement. La note propose à la discussion un certain nombre de critiques relatives à l’usage de cette notion, montrant les tensions entre des visions opposées du sujet : « rationalisateur » ou « bricoleur » – « négociateur » ou « stratège plus ou moins violent » – « acteur de sa socialisation » ou « sujet déterminé ». Mokhtar Kaddouri insiste sur l’ambiguïté du statut de ces stratégies identitaires qui peuvent être envisagées comme conscience du sujet ou comme artefacts issus des inférences effectuées par les chercheurs.
Plus généralement, l’intérêt de la note de synthèse est aussi de proposer à la discussion des questions épistémologiques. Quelles précautions s’imposent aux chercheurs qui cherchent à expliquer et comprendre les conduites humaines à partir du cadre des dynamiques identitaires ? Sur quoi basent-ils leurs inférences ? Quel est l’usage des données de premier niveau recueillies auprès des sujets ? Comment distinguer un acte identitaire et un acte qui ne l’est pas ? Comment caractériser un acte du quotidien sur le plan identitaire ? Quels indices permettent d’affirmer que des projets professionnels sont des projets identitaires ? Etc. Il faut ajouter que les travaux sur les dynamiques identitaires donnent parfois lieu à des typologies. Mokhtar Kaddouri connaît bien cette ambiguïté de la typification, pour avoir lui-même proposé des typologies.
La note de synthèse revient sur les dérives classificatoires des comportements identitaires auxquelles la typification peut aboutir. Ainsi, la note donne à voir non seulement un travail de définition et de catégorisation, mais aussi une réflexion sur les positionnements épistémologiques dans le champ de recherche sur l’identité et les dynamiques identitaires.
Dans une seconde partie, l’auteur met en perspective les apports des recherches sur les dynamiques identitaires à la compréhension de l’engagement en formation. Celle-ci est envisagée comme un espace où se confrontent les intentionnalités des décideurs, des organisateurs et des formateurs et les intentionnalités des adultes engagés. Les dynamiques identitaires d’engagement en formation prennent place au confluent de ces intentionnalités. L’émergence de nouveaux modèles économiques et de nouvelles formes de professionnalité au travail expliquent en partie l’importance attribuée aux positionnements identitaires des salariés. Croisant les travaux d’investigation théorique développés dans le champ du travail et dans celui de la formation d’adultes, la note de synthèse examine les interactions entre identité et rapports à la formation. Les composantes des dynamiques identitaires mises en évidence en première partie sont envisagées sous l’angle de l’engagement : le projet, les tensions, les stratégies. Cette seconde partie montre comment les recherches sur identité et formation contribuent à rendre plus intelligibles les formes d’engagement en formation envisagées sous une forme dynamique.

La note de synthèse est complétée par trois articles de recherche abordant les questions identitaires à partir de données empiriques et de cadrages théoriques explicités dans la note de synthèse.
Muriel Deltand, dans l’article « Projet de reconversion et modes résolutoires de tensions identitaires en formation : le cas de professionnels se préparant aux métiers du conseil » interroge les modes de résolution des tensions identitaires vécues par des adultes en reconversion professionnelle, engagés dans un parcours de formation menant aux métiers de conseillers en insertion professionnelle. À partir d’entretiens avec un échantillon de ces adultes en reconversion choisie ou subie, elle met en évidence les fonctions du projet de reconversion et les stratégies mises en place par les sujets pour l’accompagner.
Une deuxième contribution, coécrite par Béatrice du Breil de Pontbriand et Marie Brugaillère, «L’apprentissage et la construction de soi dans une situation de rupture biographique», se propose de mieux comprendre les processus d’apprentissage informel et de reconstruction de soi dans des situations de rupture biographique importante. À partir d’entretiens biographiques à orientation clinique, les auteures se proposent de faire émerger, au-delà des variations individuelles, quelques caractéristiques communes des reconstructions identitaires.
Enfin, Sandrine Brissot dans l’article « La mobilité comme espace de transition : une approche par les lieux » analyse les usages que font des post-apprentis d’un dispositif européen d’alternance en s’intéressant aux remaniements identitaires à l’œuvre dans une période de mobilité transitoire. À partir d’un corpus d’entretiens et de dessins des lieux traversés par les jeunes adultes dans divers pays européens, Sandrine Brissot donne à voir les modalités de reconfiguration des rapports de soi à soi et de soi aux autres.
Au total, ce numéro 49 représente un ensemble de contributions articulées en cohérence qui, nous l’espérons, apportera aux lecteurs des ressources théoriques et méthodologiques sur la thématique de l’identité en formation d’adultes.

Véronique TIBERGHIEN

__________________________________________

Communications de recherche
résumés

__________________________________________

Muriel Deltand

Enseignante à la Haute École Bruxelles-Brabant, chercheuse associée au CIREL EA 4354, Université de Lille

Résumé : Considérant la reconversion comme un changement de famille professionnelle amenant une transformation individuelle significative et un démantèlement des repères antérieurs, l’auteure analyse la manière dont des adultes confrontés à des tensions identitaires en formation résolvent celles- ci au regard de leur projet de reconversion qui, en l’occurrence ici, agit à la fois comme tamiseur des injonctions et catalyseur des réponses apportées aux tensions. Elle élabore une typologie de quatre stratégies construites à partir de données empiriques recueillies par entretiens effectués entre 2015 et 2017 auprès d’adultes en formation dans le cadre d’une licence professionnelle les préparant aux métiers du conseil.
Mots-clés : projet, transition, formation, tensions, stratégies

Retraining project and resolution of identity-related tensions in training : the case of adults preparing for counseling jobs.
Retraining is a change of professional family that brings a significant individual transformation and a dismantling of previous landmarks. In this article, the author analyzes the way adults faced with identity-related tensions in a training situation solve these with regard to their retraining project. She proposes a typology of four strategies based on empirical data collected by interviews carried out between 2015 and 2017 with adults enrolled in a higher education program on counseling.
Keywords: project, transition, training, tensions, strategies

Béatrice du Breil de Pontbriand, Marie Brugaillère

• Chargée du Développement de projet scientifique, CNAM, laboratoire FAP (Formation apprentissage professionnel)
• Doctorante en Sciences de l’éducation à Université de Lille, Laboratoire CIREL EA 4354

Résumé – Toute existence est jalonnée d’événements et certains d’entre eux peuvent s’apparenter à des ruptures biographiques qui, selon les cas, mènent à l’anéantissement ou conduisent à une reconstruction de soi. Généralement, ces ruptures génèrent un processus de remise en cause personnelle au regard du continuum identitaire préexistant. S’agissant ici de comprendre le processus d’apprentissage et de reconstruction de soi dans une situation de rupture biographique, nous cherchons à éclairer les phénomènes psychiques qui sont à l’œuvre afin de progresser dans la compréhension d’une réalité humaine ancrée dans l’expérience d’épreuves multiples et douloureuses telles que la maladie, le licenciement, la retraite, la séparation, le divorce et la mort. Chacune de ces situations reste singulière mais toutes, au-delà de leur singularité, présentent néanmoins des caractéristiques communes. Ce sont des événements biographiques majeurs qui marquent un véritable tournant dans l’existence avec un avant et un après. C’est pourquoi, à partir d’entretiens biographiques à orientation clinique, nous avons analysé les multiples façons dont le sujet opère ses propres transformations et effectue un apprentissage de soi que l’on peut illustrer par cette parole forte de Marthe, l’une des interviewé.e.s : « Et donc, j’ai découvert une Marthe à l’intérieur. »
Mots-clés : événement, rupture biographique, apprentissage de soi, construction de soi

Learning and self-construction in a biographical disruption situation
Every existence is marked by events and some of them can be likened to biographical disruptions that may lead to annihilation or to self-reconstruction. These events usually lead to a self-evaluative process in the light of a pre-existing identity continuum. With a view to understanding the process of learning and self-reconstruction in a situation of biographical rupture, we seek to shed light on the psychic phenomena that are at work within a human reality rooted in the experience of multiple and painful trials such as illness, dismissal, retirement, separation, divorce and death. Each of these situations remains singular, but they nonetheless share some common characteristics. They are major biographical events that mark a turning point in life with a “before” and an “after”. Using biographical, clinical-type interviews, we analyzed the multiple ways in which the person operates his/ her own transformations and carries out a self-learning endeavor that can be illustrated by Marthe, one of our interviewees: “And so, I discovered a Marthe inside.”
Keywords: event, biographical disruption, self-learning, self-reconstruction.