Numéros 43, 44, 45

Pour chaque n° : présentation de la table des matières, de l’éditorial et des résumés (français, anglais)

n° 43

Les communautés d’apprentissage :
apprendre ensemble

Éditorial

Note de synthèse – Research Review

Denis Cristol, Les communautés d’apprentissage : apprendre ensemble – Learning Communities : Learning Together.

Articles de recherche – Research Article

Katel Bellegarde, Modèle interactif de l’insertion et littéracie professionnelle restreinte. Le contexte de l’insertion par l’activité économique – Interactive Model of Inclusion and “Restricted’’ Professional Literacy. The Context of Active Inclusion.

Comptes-rendus de lecture – Reading Reviews

Hervé adami et Virginie andré (2015). De l’idéologie monolingue à la doxa plurilingue : regards pluridisciplinaires
Arlette Boulogne (2016). Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881).
David Weil (2014). The Fissured Workplace. Why Work Became so Bad for so Many and What Can Be Done to Improve it ?

Vie de la recherche – Life in the Research Field

n° 3 – Travaux de recherche accessibles via l’archive ouverte de référence

HAL (mars 2017)
The Research Papers Available via the HAL Open Archive (march 2017)

Éditorial

« Apprendre ensemble »… Signe paradoxal de nos sociétés « postmodernes » aux dimensions souvent individualisantes, voire égotiques : d’innombrables initiatives collectives, réseaux, rencontres, groupes, communautés de pratiques semblent surgir de multiples parts du tissu social pour favoriser l’échange de savoirs, le partage d’expériences, la mutualisation des énergies cognitives. Depuis les tentatives de débat populaire de Nuit Debout jusqu’aux pépinières de startups et aux hackathons, le thème des communautés d’apprentissage se développe à la mesure de l’expansion des médias digitaux, dans l’entreprise et la vie citoyenne. Des colloques prennent cette problématique pour thème, à travers une pluralité d’approches disciplinaires1. La présente note de synthèse de Denis Cristol, par ailleurs auteur d’un ouvrage récent sur ces thèmes2, vient à point pour saisir certaines des ombres et lumières d’un ensemble de pratiques sociales certes anciennes, mais désormais bien inscrites dans les structures d’une société de l’information souvent qualifiée, à tort ou à raison, d’« apprenante ».
La note souligne, par un détour historique éclairant, la portée politique de ces mouvements collectifs qui traversent groupes, institutions et sociétés globales. Leurs sources les plus récentes sont détectées dans l’épopée des utopies sociales du XIXe siècle et leurs manifestations contemporaines sont largement saisies dans l’essor des réseaux sociaux. L’analyse des dimensions épistémiques, économiques et politiques des communautés laisse entrevoir une première ébauche de catégorisation. L’ambiguïté fondatrice de ces manifestations est soulignée selon leurs origines, qu’elles soient « endogènes » et suivant une logique bottom-up ou bien proposées (si ce n’est imposées) par des formes plus ou moins subtiles d’invitation top-down. Faut-il penser empowerment ou auto-organisation ? Peut-on, finalement, créer une communauté d’apprentissage par décret ? Quand peut-on, dès lors, parler de « communauté » d’apprentissage ? Quand un groupe manifeste une agentivité collective porteuse d’un engagement pro-actif de chacun de ses membres, ou quand il partage une dimension identitaire porteuse d’offres « exogènes » auxquelles il pourra adhérer, faire allégeance ou rester indifférent ? L’expérience en demi-teinte des « communautés d’apprentissage » dans les organisations pourra ici être analysée plus finement qu’à travers les trop rares évaluations disponibles ou les commentaires optimistes qu’en font leurs promoteurs.

Dans les pages qui suivent la note, Kattell Bellegarde nous livre, dans un article de tonalité iconoclaste, les résultats de sa recherche sur les parcours à « double vocation », visant simultanément le développement de compétences (ici, la maîtrise de la langue écrite) et l’insertion professionnelle par l’activité en milieu économique. L’auteure aboutit à un résultat contre- intuitif, posant l’hypothèse selon laquelle cette double finalité, par défaut d’ajustement des objectifs, peut limiter les usages de la compétence visée. À suivre…

Olivier Las Vergnas, quant à lui, poursuit sa plongée dans les eaux pro-fondes de l’analyse bibliométrique et lexicale des recherches sur l’éducation et la formation des adultes. Avec cette troisième livraison de la « Vie de la recherche » nouvelle formule, nous progressons ainsi dans la longue traversée en vue de l’émergence de « sciences de la formation », au cœur d’un univers pluridisciplinaire complexe dont la revue Savoirs, en association avec TransFormations, espère ainsi contribuer, par cette rubrique, à cerner les contours.

__________________________________________

Article de recherche

__________________________________________

Katel Bellegarde

Docteure en Sciences de l’Éducation

Modèle interactif de l’insertion et littéracie professionnelle restreinte. Le contexte de l’insertion par l’activité économique.

Résumé : Cet article s’intéresse à l’appropriation de l’écrit chez des faibles lecteurs-scripteurs inscrits dans un double parcours, de formation à l’écrit et d’insertion par l’activité économique. Les incidences de ce couplage formation/insertion sur la ré-exploitation des acquis de la formation en contexte réel de travail constitue la trame de notre réflexion. Une analyse de la littéracie professionnelle en ateliers et chantiers d’insertion révèle son caractère « restreignant » dans le sens où elle limite les probabilités d’usage de l’écrit des salariés. Au-delà de ce constat, cette étude montre l’enjeu que constitue le renouvellement des modèles insertionnels dans l’optique de créer un environnement qui, en articulant formation et insertion, accompagne au développement des capacités individuelles.
Mots clés : insertion par l’économique, formation linguistique de base, littéracie, appropriation.

Interactive Model of Inclusion and “Restricted’’ Professional Literacy. The Context of Active Inclusion

This article deals with the appropriation of writing skills by adults with weak reading/writing enrolled in a dual course combining writing training and active inclusion. It focuses on the impact that this combination of train- ing and active inclusion has on the transfer of what is learned in training to the real work context. An analysis of professional literacy in workshops and active inclusion programs reveals their “restricted” character in that the probability that employees will use their writing skills is limited. Beyond this, this study shows the challenge that the renewal of integration models faces in order to create a combined training/work inclusion environment that promotes individual skills development.
Keywords : active inclusion, literacy and basic skills program, literacy, appropriation.

_______________________________________

n° 44

Fabriquer des managers,
des patrons, des dirigeants

Éditorial

Note de synthèse – Research Review

Jean-Yves Robin et Benoît Raveleau, Fabriquer des managers, des patrons, des dirigeants
The making of leaders, managers or employers.

Articles de recherche – Research Article

Maud Bouffard et Claudie Solar, Développement des compétences en matière
de littératie en santé : portrait d’un apprentissage professionnel
Interactive Model of Inclusion and “Restricted’’ Professional Literacy. The Context of Active Inclusion.

Quentin Magogeat, Le dispositif « Plus de maîtres que de classes » : un dispositif professionnalisant ?
The plan “More teachers than classes”: a plan for professionalization?

Comptes-rendus de lecture – Reading Reviews

Denis Cristol (2016). Les communautés d’apprentissage. Apprendre ensemble à l’ère numérique
Daniel Faulx et Cédric Danse (2015). Comment favoriser l’apprentissage et la formation des adultes ?
Martin Lauzier et Denys Denis (dir.) (2016). Accroître le transfert des apprentissages. Vers de nouvelles connaissances, pratiques et expériences
Joris Thievenaz (2017). De l’étonnement à l’apprentissage. Enquêter pour mieux comprendre

_______________________________

Éditorial

En ce tout début d’automne, comme le veut la tradition, une rentrée n’attend pas l’autre. La rentrée scolaire des jeunes élèves étant maintenant faite, intéressons-nous à celle des dirigeants d’entreprises, objet de la Note de synthèse du présent numéro de Savoirs. La corporation des dirigeants est certes éclectique, c’est sans doute la raison pour laquelle on parle finalement peu des formations qu’ils ont suivies ou qu’ils continuent à suivre pour asseoir leurs compétences de dirigeants. Il peut donc être intéressant de questionner la formation initiale qui a pu les préparer à leur fonction actuelle et surtout la formation continue qu’ils sont susceptibles de se donner pour développer leurs compétences de dirigeants. Pourtant, à y regarder de plus près, comme l’ont fait Jean-Yves Robin et Benoît Raveleau, les auteurs de la Note de synthèse qu’ils nous proposent dans les pages qui suivent, « Fabriquer des managers, des patrons, des dirigeants », nous constatons à travers la biblio- graphie qui accompagne la Note de synthèse une liste impressionnante de références. Pourtant, former des dirigeants, si on en reste aux apparences, relève d’une thématique banale et peu commentée. Mais les apparences sont trompeuses, ce qu’essaie justement de mettre en évidence la Note, en se plaçant au carrefour pluridisciplinaire de la sociologie et des sciences de l’éducation.

Certes, le flou sémantique ambiant souligné par les auteurs de la Note, qu’ils nomment d’ailleurs glissement sémantique, n’aide pas à délimiter le champ d’investigation pour cerner les modes de formation auxquels plus ou moins spontanément recourent les dirigeants pour se former, car comment entre eux se dénomment-ils ou se font-ils dénommer : dirigeants, cadres, patrons, managers ?… En tenant compte de ce flou, la Note de synthèse a recensé dans une perspective pluriculturelle les travaux portant sur ce glissement sémantique, tant en France qu’en Allemagne, au Japon et aux États-Unis. C’est à partir de ce recensement que la Note s’essaie à esquisser un petit portrait du manager, aussi bien calculateur qu’héroïque, fragmenté ou managé qu’engageant. Ce portrait laisse transparaître un rapport au savoir du dirigeant frappé du sceau de l’ambivalence entre savoirs opérationnels et savoirs critiques.
Par-delà cette ambivalence du rapport au savoir, l’apprentissage expérientiel chez les dirigeants est devenu un incontournable, qui se structure pour les auteurs de la Note à travers quelques repères qui aident les dirigeants à penser leur activité, notamment trois : donner à voir, fabriquer du sens, agir sur autrui.

La Note de synthèse du présent numéro est suivie de deux articles de re- cherche, renvoyant chacun à des thématiques très différentes de celle liée à la formation des dirigeants. Dans le premier article, intitulé « Développement des compétences en matière de littératie en santé : portrait d’un apprentissage professionnel », Maud Bouffard, doctorante en andragogie à l’Université de Montréal, et Claudie Solar, professeure d’andragogie à la même Université, s’intéressent au contexte de partenariat des soins dispensés aux adultes qui ne sont pas en mesure d’utiliser l’information liée à leur état de santé en raison de leur faible niveau de littératie. Dans un tel contexte, à partir d’entretiens auprès de professionnels de santé, l’article explore des pistes pour soutenir le développement professionnel des praticiens au sein d’équipes de travail ouvertes à des espaces propices à une co-construction de savoirs nécessaires à une pratique pro-littératie. Le second article porte sur « Le dispositif Plus de maîtres que de classes, un dispositif professionnalisant ? ». Il est dû à Quentin Magogeat, doctorant contractuel au Laboratoire « Éducation, culture, politique » de l’Université Lyon 2.
À partir de l’étude de la mise en place de ce dispositif Plus de maîtres que de classes dans quelques écoles, l’article cherche à comprendre les effets du travail pédagogique en binôme dans la classe sur le métier enseignant, et ce dans un contexte marqué par l’incitation au travail collectif. Il s’interroge pour savoir si ce serait là un cadre propice à la professionnalisation des enseignants, à travers trois dimensions, celle du temps, celle de la visibilité du travail des enseignants, celle de la levée des implicites et de la mise en retrait de l’enseignant.

Jean-Pierre Boutinet

__________________________________________

Article de recherche

__________________________________________

Maud Bouffard et Claudie Solar

Université de Montréal, Département de psychopédagogie et d’andragogie, Faculté des sciences de l’éducation, Université de Montréal.
Université de Montréal, Département de psychopédagogie et d’andragogie, Faculté des sciences de l’éducation, Université de Montréal.

Développement des compétences en matière de littératie en santé : portrait d’un apprentissage professionnel

Résumé : En contexte de partenariat de soins, bon nombre d’adultes ne sont pas en mesure de traiter et d’utiliser l’information en lien avec leur santé en raison d’un faible niveau de littératie. Aussi, dans ces milieux, les intervenantes et intervenants cherchent à développer leur compréhension du phénomène et leurs façons de favoriser l’autonomie de ces personnes. Or peu de données empiriques existent quant au développement de telles compétences en milieu de travail. En s’appuyant sur 30 entrevues semi- structurées, une description de la façon d’apprendre en lien avec une pratique orientée vers la participation d’une clientèle à risque sur le plan de la littératie sera discutée. Des pistes pour soutenir le développement professionnel par le biais d’un apprentissage au sein des équipes de travail ouvertes à une « perspective patient » se révéleront des espaces propices à une co-construction des savoirs nécessaires à une pratique pro-littératie.
Mots clés : littératie en santé, compétences, développement professionnel, apprentissage en milieu de travail, partenariat de soins.

Developing literacy skills in relation to healthcare: A case of professional development

In the context of a healthcare partnership, many adults are not able to process and use information related to their health due to a low level of literacy. Hence, in these settings, practitioners seek to develop their own un- derstanding of the phenomenon and their ways of promoting autonomy in these adults. However, there is little empirical evidence for the development of such skills in the workplace. Based on 30 semi-structured interviews, a description of how learning takes place when practice is based on the participation of patients with limited literacy will be discussed. Approaches that support professional development through learning within work teams that are open to a “patient perspective” will prove to be favorable to the co-construction of the knowledge needed for a pro-literacy practice.
Keywords: health literacy, skills, professional development, learning in the workplace, healthcare partnership.

 

Quentin Magogeat

Le dispositif « Plus de maîtres que de classes » : un dispositif professionnalisant ?

Résumé : Le dispositif « Plus de maîtres que de classes » prévoit l’affectation d’un maître supplémentaire dans certaines écoles afin d’aider les équipes enseignantes à mieux prévenir les difficultés scolaires et à y remédier. À partir de l’étude de la mise en place de ce dispositif dans quelques écoles, l’article vise à comprendre les effets du travail en binôme dans la classe sur leur métier. Dans un contexte marqué par l’incitation au travail collectif, l’étude s’attache à saisir si ce dispositif peut, et dans quelle mesure, être un cadre propice à la professionnalisation des enseignants. Trois dimensions sont ainsi abordées : la question du temps, la visibilité du travail des enseignants lorsqu’ils sont deux dans la classe et enfin l’importance de « lever les implicites » et de « se mettre en retrait » pour les enseignants impliqués dans ce dispositif.
Mots clés : dispositif, professionnalisation, travail enseignant, reconnaissance professionnelle.

The plan “More teachers than classes”: a plan for professionalization?

The plan “More teachers than classes” (« Plus de maîtres que de classes ») intends to assign an additional teacher in some primary schools in order to help teaching teams to better anticipate and resolve difficulties some pupils may have. Based on the study of the implementation of such a plan, this article aims at understanding the impact that two teachers in the same classroom may have on the teaching profession. In a context that promotes collaborative work, the goal of this study is to identify if and to what degree the plan provides a favorable environment for the professionalization of teachers. Thus three aspects are tackled: the issue of temporality, the exposure of teachers’ work with two of them in the classroom, and, lastly, the importance for all the teachers involved in this plan to “become explicit” and “take a backseat”.
Keywords: plan, professionalization, teacher’s work, professional recognition.