Numéros 58, 59, 60

 

n° 58

Varia

revue Savoirs n° 58 couverture
Éditorial

Joanna Dupouy

Articles de recherche Research papers – Varia

Simon Mallard, Laurence Durat,
La prise en compte des émotions en formation de managers, entre prescriptions et réalité

Najoua Mohib, Claude-Alexandre Magot, Jean-François Plateau,
Professionnalisation des doctorants : résultats d’une étude sur le devenir des docteurs en sciences de l’éducation et de la formation

Jean-François Roussel, Joanne Roch, Christophe Jeunesse,
Les environnements personnels d’apprentissage en milieu organisationnel : un dispositif qui facilite le développement de l’autorégulation

Vie de la recherche 

Olivier Las Vergnas, Patrick Bury, Christophe Jeunesse,
Recherches doctorales intéressant la formation des adultes : repérage et première analyse de thèses soutenues aux USA entre 2010 et 2020

Comptes rendus de lecture

Guibert, Pascal (dir.) (2021). Manuel de sciences de l’éducation et de la formation. Préface de Marguerite Altet. Postface d’Olivier Maulini. Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur, 432 p. (Yannick Roussel)
Merhan, France, Frenay, Mariane et Chachkine, Elsa (dir.) (2021). Les formations professionnelles. S’engager entre différents contextes d’apprentissage.
Louvain-la-Neuve : Presses universitaires de Louvain, 206 p. (Dominique Trébert)

_______________________________

Éditorial

Ce numéro 58 de la revue Savoirs se caractérise par la richesse de ses trois articles « Varia » et de sa rubrique « Vie de la recherche ». Ces quatre contributions sont à l’image de la recherche en formation des adultes en étant souvent à la croisée des chemins avec d’autres disciplines, en proposant des approches méthodologiques variées et en touchant à divers types de publics.
Elles abordent différents sujets : émotions, dispositifs de formation, professionnalisation, insertion professionnelle, environnement personnel d’apprentissage, autorégulation, organisation, apprentissage collectif.
Le premier article, intitulé « La prise en compte des émotions en formation de managers, entre prescriptions et réalité », propose d’analyser, par le biais de 38 entretiens et de trois observations, l’adaptation des formations de managers du groupe La Poste aux nouvelles prescriptions en matière de prise en compte des émotions. Les auteurs, Simon Mallard et Laurence Durat, indiquent que ces nouvelles injonctions sont consécutives à une prise de conscience relative aux risques psycho-sociaux en milieu professionnel et sont en rupture avec le modèle managérial antérieur qui consistait en une
négation des émotions. L’ingénierie pédagogique et de formation ayant un rôle à jouer dans la mise en oeuvre de ce nouveau modèle semble encore peiner à obtenir les résultats escomptés. En effet, si les techniques pédagogiques mises en place offrent davantage de place à l’expression des émotions et invitent à leur prise en compte en matière de communication et de résolution de conflit, par exemple, elles semblent malgré tout laisser un goût amer aux managers en formation. En effet, les observations montrent qu’à l’évocation de leurs difficultés en situation de travail, aucune analyse ni solution pertinente ne leur est proposée. Ils ressentent également un profond décalage entre ce qui est appris en formation et ce qui est réalisable en situation de travail.
La deuxième contribution, de Najoua Mohib, Claude-Alexandre Magot et Jean-François Plateau s’intéresse à la « Professionnalisation des doctorants » et présente les « résultats d’une étude sur le devenir des docteurs en sciences de l’éducation et de la formation » d’un laboratoire français du Grand Est. En effet, l’enjeu de la professionnalisation et de l’insertion professionnelle des docteurs dans le secteur public et/ou privé a conduit à un remaniement de la formation doctorale. Cette recherche exploratoire s’est tout d’abord articulée autour d’une étude par questionnaire portant sur les
caractéristiques générales de la population enquêtée (N = 55) et a identifié les parcours professionnels et de recherche des docteurs. Une seconde enquête a consisté en la réalisation de 19 entretiens semi-directifs portant sur le vécu de la formation doctorale en termes de professionnalisation.
Les résultats mettent en évidence que les profils professionnels des docteurs restent stables au fil des enquêtes : profil socio-démographique, durée de la thèse, motivations initiales à entrer en doctorat restent inchangés.
L’insertion professionnelle des docteurs en sciences de l’éducation et de la formation demeure limitée et la plupart du temps le doctorat n’offre pas d’évolution de carrière ascendante. Les formations doctorales visant l’insertion professionnelle sont souvent délaissées, les relations avec les pairs ne sont généralement pas suffisantes pour être porteuses et les docteurs ne voient pas comment valoriser leurs compétences doctorales pour en faire un atout au recrutement. Ainsi, malgré l’évolution des dispositifs de formation et d’accompagnement, il semblerait que l’insertion professionnelle des docteurs ne puisse devenir réalité qu’à la condition de déconstruire les préjugés sur le doctorat, la recherche et les docteurs au sein de la sphère socio-économique.
Dans un troisième texte, Jean-François Roussel, Joanne Roch et Christophe Jeunesse questionnent « Les environnements personnels d’apprentissage en milieu organisationnel sous le prisme d’un dispositif qui facilite le développement de l’autorégulation ». Les environnements personnels d’apprentissage (EPA) constituent une façon d’utiliser les nouvelles technologies, depuis l’émergence du Web 2.0, à des fins d’apprentissage en fonction de ses intérêts et besoins propres ou collectifs. Ils nécessitent que l’apprenant fasse preuve de proactivité, d’autorégulation, de capacité d’apprentissage collaboratif et de résolution de problème, afin d’identifier et trouver de l’information pertinente, de collaborer avec ses pairs et de produire différents artefacts. Si les EPA présentent des avantages évidents pour les apprenants, comme pour les organisations, ils ne sont pour autant pas sans inconvénients, notamment en milieu professionnel. En effet, les obligations et habitudes de gestion et sécurisation centralisée et contrôlée des données et systèmes informatiques agissent comme des freins au développement des EPA, amenant à des pratiques plus « souterraines ». Cette recherche exploratoire a été menée auprès de dix techniciens clientèle et deuxième ligne (soutien téléphonique) au sein d’une entreprise de télécommunication canadienne, ayant mis à disposition des applications numériques internes. Elle a pour objectif de repérer les activités encouragées par l’entreprise et celles plus spontanées et informelles entre collègues favorisant l’apprentissage au moyen des EPA et à établir des liens avec l’autorégulation.
La rubrique « Vie de la recherche en formation des adultes » présente, dans ce numéro, une étude sur les « Recherches doctorales intéressant la formation des adultes », en ayant pour objectif de réaliser un repérage et une première analyse de thèses soutenues aux États-Unis entre 2010 et 2020.
Dans la lignée de ce qui a été fait pour la France dans les précédentes contributions de cette rubrique, Olivier Las Vergnas, Patrick Bury et Christophe Jeunesse ont constitué un corpus regroupant 597 thèses (principalement Ed.D. et Ph.D.) soutenues pour le cartographier, identifier les principaux thèmes et objets explorés, les méthodes déployées et le comparer au corpus français déjà repéré. Les auteurs indiquent avoir rencontré plusieurs difficultés à la constitution de ce corpus : d’ordre linguistique par la traduction des termes propres au champ de la formation des adultes et d’ordre bibliographique et socio-politique. L’article présente tout d’abord la méthode d’identification et de récupération des thèses de doctorat susceptibles d’être concernées, il se poursuit par la présentation des caractéristiques bibliographiques de ces thèses et se conclut par un premier niveau d’analyse des thématiques qu’elles traitent. L’analyse de ce corpus montre qu’il est largement alimenté par de petites universités spécialisées et principalement proposées entièrement en ligne. Ce corpus partage des objets communs avec son équivalent français autour des questions d’apprentissages transformatifs, de transformations identitaires et d’histoire de vie, de formation des enseignants et des soignants, d’apprentissage des langues étrangères et de formation en situation de travail. Cet article sera complété d’un second qui paraîtra prochainement dans la même rubrique et aura pour objectif d’effectuer une comparaison entre les corpus français et étatsuniens. Il proposera également d’élargir cette comparaison au domaine de la psychologie cognitive.
Le numéro 58 s’achève avec deux « Comptes rendus de lecture » : tout d’abord, celui de Yannick Roussel sur le Manuel de sciences de l’éducation et de la formation (Altet, Guibert, Maulini, 2021), puis celui de Dominique Trébert sur l’ouvrage intitulé Les formations professionnelles. S’engager entre différents contextes d’apprentissage (Merhan, Frenay, Chachkine, 2021).

Joanna Dupouy

__________________________________________

Communications de recherche
résumés

__________________________________________

Simon Mallard, Laurence Durat

  • Maître de conférences Université catholique de l’Ouest Lirfe, Cread (EA3875)
  • Professeure des Universités Université de Haute Alsace Lisec (UR2310)

La prise en compte des émotions en formation de managers, entre prescriptions et réalité

Résumé : Cette contribution a pour but d’analyser les nouvelles prescriptions de La Poste concernant la prise en compte des émotions en situation de formation.
Ces nouvelles injonctions viennent en opposition au modèle historique. Nous tenterons de comprendre ce décalage à travers les différentes dimensions de ce qui fait dispositif (ou non) en contexte formatif au sens
d’Albero. Il apparaît que si la place des émotions est revalorisée dans les discours internes de La Poste, l’ingénierie de formation peine à les traduire en modalités et pratiques les incluant. Ainsi, la prise en compte des émotions exprimées dans les formations analysées est partiellement empêchée et le dispositif ne permet pas réellement d’effectuer la transition attendue.
Mots clés : Émotions, formation des adultes, dispositif, rire, managers.

Taking emotions into account in manager training:the gap between injunctions and reality.

Abstract : The purpose of this contribution is to analyze the French Post Office’s new prescriptions about taking emotions into account in training situations.
These new injunctions are in opposition to the historical model. We will try to understand this discrepancy across the different dimensions of what constitutes an instructional system in Albero’s sense. It appears that while the place of emotions is revalued in the French Post Office internal discourse, the training engineering struggles to translate them into modalities and practices that include them. Thus, the considerations of emotions expressed La prise en compte des émotions en formation de managers in the training sessions we analyzed is partially prevented and the training system does not really allow the expected transition to take place.
Keyword: Emotions, training course, apparatus, laugh, manager, lifelong learning.

Najoua Mohib, Claude-Alexandre Mago, Jean-François Plateau

  • Maître de conférences en sciences de l’éducation et de la formation, Lisec UR 2310,
    Université de Strasbourg, Université de Haute-Alsace, Université de Lorraine, France
  • Docteur en sciences de l’éducation et de la formation, Lisec UR 2310, Université
    de Strasbourg, Université de Haute-Alsace, Université de Lorraine, France
  • Docteur en sciences de l’éducation et de la formation, qualifié aux fonctions de MCF, Lisec UR
    2310, Université de Strasbourg, Université de Haute-Alsace, Université de Lorraine, France

Professionnalisation des doctorants : résultats d’une étude sur le devenir des docteurs en sciences de l’éducation et de la formation

Résumé : Cet article aborde la question de la professionnalisation des doctorants en sciences de l’éducation et de la formation à partir d’une étude réalisée sur le devenir des docteurs d’un laboratoire français du Grand Est. Fondée sur une démarche inductive, l’étude comprend deux volets. Une enquête par questionnaire a d’abord été menée dans le but de collecter des données sur les caractéristiques générales de la population enquêtée (N = 55) et d’identifier les parcours professionnels et de recherche des docteurs. Elle a été suivie d’une série de 19 entretiens semi-directifs, qui ont permis de recueillir des informations sur le vécu de la formation doctorale en termes de professionnalisation.
Les résultats montrent que les profils professionnels des docteurs sont stables depuis l’enquête de l’Association des Enseignant.e.s et Chercheur.e.s en Sciences de l’Éducation de 2007 (Leclercq, 2008) et suggèrent plusieurs pistes de réflexion sur les conditions favorables à la professionnalisation des doctorants.
Mots clés : Formation doctorale, professionnalisation, insertion professionnelle,
sciences de l’éducation.

Professionalisation of doctoral students: results of a study on the future prospects of PhDs in education

Abstract : This article addresses the issue of professionalization of doctoral students in educational sciences, based on a study carried out on the future prospects of Ph.D graduates from a French laboratory in the Grand Est area. Based on an inductive approach, the study has two parts. A questionnaire-based characteristics of the surveyed population (N = 55) and to identify the professional and research career paths of Doctors. It was followed by a series of 19 semi-structured interviews that sought information on the doctoral training experience with a focus on professionalization. The results show that the professional profiles of PhD graduates have remained stable since the 2007 survey of the Association of Teachers and Researchers in Educational Sciences (Leclercq, 2008) and suggest several avenues for reflection on the favourable conditions for the professionalization of doctoral students.
Keywords: Doctoral training, professionalisation, professional insertion, education.

Jean-François Roussel, Joanne Roch, Christophe Jeunesse

  • Professeur titulaire au Département de gestion de l’éducation et de
    la formation, Université de Sherbrooke, Canada
  • Professeur titulaire au Département de gestion de l’éducation et de
    la formation, Université de Sherbrooke, Canada
  • Maître de conférences et directeur du Département des sciences de l’éducation
    et de la formation, Université Paris Nanterre, France

Résumé : Les environnements personnels d’apprentissage (EPA) constituent une façon d’utiliser les technologies à des fins d’apprentissage qui permet à l’apprenant d’être proactif afin d’identifier et de trouver de l’information pertinente, de collaborer avec des pairs et de produire différents artefacts. Ce caractère proactif fait appel à certaines compétences, dont l’autorégulation, l’apprentissage collaboratif et la résolution de problèmes. Bien que le rôle des EPA soit reconnu quand il est question d’apprentissage tout au long de la vie, leur utilisation en milieu organisationnel pose des difficultés, que ce soit en raison de la gestion centralisée de l’apprentissage ou d’enjeux liés à la sécurité des données. Cette recherche menée auprès de techniciens clientèle qui travaillent dans une entreprise de télécommunications canadienne cherche à repérer des activités qui favorisent l’apprentissage au moyen des EPA et à établir des liens avec l’autorégulation.
Mots clés : environnement personnel d’apprentissage, autorégulation, organisation, apprentissage collaboratif.

Personal learning environments in organizational settings: a mechanism to facilitate the development of self-regulation

Abstract : Personal learning environments (PLE) involve a way of using technologies for learning purposes that enables the learner to be proactive in identifying and finding relevant information, collaborating with peers and producing various artifacts. This proactive aspect requires certain skills, including self-regulation, collaborative learning and problem-solving. While the role of PLEs is recognized when it comes to lifelong learning, difficulties arise with respect to their use in the organizational environment, whether because of the centralized nature of learning management or of issues related to data security. This research was conducted among customer technicians working in a Canadian telecommunications company and endeavours to identify the activities that favour PLE-based learning and to establish links with self-regulation.
Keywords: personal learning environment, self-regulation, organization, collaborative learning

Haut de page

________________________

n° 59

Formation et interculturalité

couverture revue Savoirs n° 59
Éditorial

Jean-Pierre Boutinet

Note de synthèse

Jérôme Mbiatong, L’interculturalité en formation des adultes :
tendances, enjeux et perspectives de recherche

Articles de rechercheResearch papers

Sandoss Ben Abid-Zarrouk, Emmanuel Nal, Les compétences interculturelles et la coopération internationale : le cas des échanges germano-maghrébins

Samira Bezzari, Jérôme Éneau, Les compétences communicatives interculturelles en contexte hétérogène : (trans)formation et transfert

Enjeux théoriques

Stéphanie Reyssier, L’approche écologique pour percevoir les conditions favorisant le développement humain 

Comptes rendus de lecture

Pereira I. et De Cock L. (dir.) (2019). Les pédagogies critiques. Marseille : Agone/Fondation Copernic, coll. « Contre-feux », 139 p. (Aurélie Lesage)
Bourgeois É., Denghien S. et Lemaire B. (2021). Alphabétisation d’adultes : se former, se transformer. Paris : L’Harmattan, coll. « Action et savoir », 274 p. (Véronique Tiberghien)

_______________________________

Éditorial

Les qualificatifs de multiculturel, transculturel et pluriculturel sont devenus d’usage familier dans nos conversations comme dans nos écrits pour signifier des échanges entre groupes humains appartenant à des cultures différentes et ayant des préoccupations similaires ou contrastées, voire conflictuelles. Au cœur de ces échanges et préoccupations, un quatrième larron semble aujourd’hui monter en puissance, quitte même à s’imposer, l’interculturel accompagné de son substantif, l’interculturalité. A travers cet interculturel, il ne s’agit pas tant de caractériser un ensemble composite commun à différentes cultures mais de signifier le souci d’une personne ou d’un groupe de s’ouvrir à une autre culture ainsi qu’à celles et ceux qui l’incarnent pour en comprendre les traditions et les valeurs, à commencer par le parler en vue d’instaurer des convergences. C’est cette acception qui donne son sens à la formation interculturelle ou tout simplement à l’interculturel, une formation destinée à proposer des clefs de compréhension de cette autre culture ou de ces autres cultures auxquelles une personne ou un groupe est censé s’ouvrir. Déjà sur l’interculturalité et la formation à l’interculturel, depuis plusieurs décennies, un certain nombre de travaux sont disponibles, qui les uns et les autres font partie de cette période historique qui suit la Seconde guerre mondiale, une période qui a rendu possibles des activités interculturelles, grâce aux réseaux de communication favorisant les mises en proximité et facilitant les échanges, l’usage du smartphone et Internet ayant chacun accentué au cours de ces deux dernières décennies la curiosité de découvrir l’autre d’une autre culture.

Certes l’interculturalité est présente depuis longtemps en formation initiale, avec une place d’abord discrète puis de plus en plus marquée dans l’apprentissage des langues dites vivantes en milieu scolaire et surtout avec les échanges scolaires entre établissements de pays différents. Cette inter- culturalité s’est développée avec les échanges universitaires d’étudiants, type Erasmus permettant une immersion linguistique de plusieurs mois pour un étudiant dans un pays étranger mais cette place grandissante de l’inter- culturel ne touche encore qu’une minorité de jeunes en formation. Cette interculturalité en revanche implique de plus en plus d’adultes désireux de connaître et comprendre l’actualité internationale, avides de voyages touristiques à l’étranger, soucieux de saisir une opportunité professionnelle pour partir pour un ou plusieurs séjours au sein d’une organisation implantée dans une contrée plus ou moins éloignée de la terre natale. Cette interculturalité concerne aussi le migrant malgré lui ainsi que l’immigré évoluant dans un monde culturel qui n’est plus le leur.

C’est donc dans ce contexte qu’a été élaborée la Note de synthèse de ce numéro 59 de Savoirs, que nous devons à Jérôme Mbiatong, Maître de conférences à l’Université de Paris Est Créteil, Note intitulée L’interculturalité en formation des adultes : tendances, enjeux et perspectives de recherche. Dans cette Note, l’auteur s’est intéressé au développement polymorphe de l’interculturalité, de l’éveil à une autre culture et à celles et ceux qui l’incarnent. Ce développement est d’abord situé au regard de trois champs au sein desquels se déploie l’interculturalité, le domaine du management humain au sein des organisations internationales, le domaine des métiers de l’intervention sociale ou médico-sociale générateurs de mixité culturelle, le domaine de la formation pour permettre le transfert des connaissances. Un tel développement est ensuite appréhendé sous un angle historique, celui qui court de l’après Seconde guerre mondiale jusqu’à nos jours. C’est à partir de cet historique que Jérôme Mbiatong attire l’attention du lecteur sur la compétence interculturelle dans ce qui la constitue comme pluralité, à travers ses trois composantes cognitive, affective et comportementale, une compétence interculturelle à expertiser dans les savoir-faire qui la constituent au sein d’un environnement mondialisé, en vue de dépasser les différences culturelles et les problèmes communicationnels inhérents à cet environnement.

L’avènement récent d’une littérature sur l’interculturalité au sein de la formation des adultes, enrichit les sciences de l’éducation selon les propos de Jérôme Mbiatong en esquissant une théorisation de la formation à l’interculturel et d’abord à l’apprentissage interculturel. Cette théorisation pour l’auteur de la Note peut être considérée comme « un contre-point aux désordres du pluriculturel et du multiculturel » faisant de la formation à l’interculturalité « un outil destiné dans les temps actuels à devenir incontournable dans les situations de crise et de conflit ».

Ces compétences interculturelles que s’est efforcé de situer J. Mbiatong sont, suite à la Note de synthèse appréhendées par deux articles portant sur des investigations empiriques. Le premier de Sandoss Ben Abid-Zarrouk et Emmanuel Nal a pour titre Les compétences interculturelles et la coopération internationale : le cas des échanges germano-maghrébins. Le second que l’on doit à Samira Bezzari et Jérôme Eneau s’intitule Les compétences communicatives interculturelles en contexte hétérogène : (trans)formation et transfert. Un troisième article vient enrichir la rubrique « Enjeux théoriques » et a pour autrice Stéphanie Reyssier. Il porte sur l’approche écologique pour percevoir les conditions favorisant le développement humain. S’en suivent enfin deux « Comptes rendus de lecture ». Le premier, on le doit à Aurélie Lesage à propos de l’ouvrage d’I. Pereira et L. DeCock (2019) intitulé Les pédagogies critiques. Le second a été réalisé par Véronique Tiberghien concernant l’ouvrage de E. Bourgeois, S. Denghien et B. Lemaire (2021). Alphabétisation d’adultes, se former, se transformer.

Bonne lecture de ce numéro 59.

Jean-Pierre Boutinet

__________________________________________

Communications de recherche
résumés

__________________________________________

Sandoss Ben Abid-Zarrouk, Emmanuel Nal

• Maître de conférences HDR (LISEC EA 2310), université de Haute Alsace
• Philosophe, maître de conférences en Sciences de l’éducation et de la formation (LISEC EA 2310), université de Haute Alsace

Les compétences interculturelles et la coopération internationale : le cas des échanges germano-maghrébins

Résumé

Depuis 2019, le projet The Moroccan Entrepreneurial University Initiative, mené pour développer l’employabilité des étudiants diplômés par l’acquisition de compétences professionnelles, réunit deux universités allemandes, deux universités marocaines, deux tunisiennes et l’Université de Haute-Alsace. Mais cette expérience fit constater que la seule maîtrise de l’anglais ne suffisait pas à permettre des échanges internationaux constructifs et efficaces ; un an après le début du projet, des incompréhensions et certaines tensions rendirent indispensable une formation à la compétence interculturelle pour permettre aux acteurs d’acquérir ces savoirs et savoir-être indispensables afin de poursuivre le projet. Cet article va dans un premier temps re-situer les fondements théoriques de la compétence interculturelle, pour mieux per- mettre d’analyser les situations où elle a fait défaut. Il va ensuite présenter une analyse qu’il définit comme une étude de cas pour permettre d’ancrer certains effets d’une formation aux compétences interculturelles dans un contexte de coopération internationale.
Mots clés : coopération internationale, compétence interculturelle, professionnalisation, étude de cas

Intercultural skills and international cooperation: the case of exchanges between Germany and the Maghreb

Abstract

Since 2019, the Moroccan Entrepreneurial University Initiative project has been carried out to develop the employability of graduate students through the acquisition of professional skills. It brings together two German, two Moroccan, two Tunisian universities and the University of Haute-Alsace (France). This experiment made it clear that speaking English was not enough to allow constructive and effective international exchange. One year after the start of the project, misunderstandings and tensions made it necessary to organize training in intercultural competence in order to enable participants to acquire specific indispensable skills so as to carry on with the project. This article will initially recall the theoretical foundations of intercultural competence, in order to analyze the situations where it has been lacking. It will then present a case study in order to anchor some effects of intercultural skills training in a context of international cooperation.
Keywords: international cooperation, intercultural competence, professionalization, case study

Samira Bezzari, Jérôme Eneau

• Professeure-assistante en Langue et communication, École supérieure de technologie d’Agadir Université Ibn Zohr, Maroc (Larlanco)
• Professeur des universités en Sciences de l’éducation et de la formation (Cread) Université Rennes 2

Les compétences communicatives interculturelles en contexte hétérogène : (trans)formation et transfert

Résumé : À l’heure où le besoin en compétences communicatives interculturelles est de plus en plus affirmé en milieu professionnel multiculturel, les articulations entre formation interculturelle et compétences communicatives interculturelles constituent un objet de recherche encore en construction dans la littérature francophone. En faisant appel à l’approche interculturelle en formation des adultes, l’objectif de cet article est d’explorer la corrélation entre le développement des compétences communicatives interculturelles, grâce à la formation des adultes en communication interculturelle, et les capacités de (trans)formation et de transfert de ces mêmes compétences en contexte professionnel.
L’étude se base sur des données quantitatives et qualitatives, collectées via un questionnaire et un guide d’entretien semi-directif auprès de cadres en mobilité internationale et des formateurs interculturels en France.
Les principaux résultats de l’étude montrent que la (trans)formation se déploie davantage dans le travail en commun que dans une activité isolée.
Mots-clés : compétences communicatives interculturelles, formation interculturelle, transformation, mobilité internationale, transfert.

Intercultural communicative skills in a heterogeneous context: (trans)formation and transfer

Abstract : At a time when the need for intercultural skills is more and more assert- ed in a multicultural professional environment, the articulations between intercultural education and intercultural skills constitute an object of research still under construction, especially in the French-speaking literature. Using an intercultural approach in adult education, this article explores the correlation between, on the one hand, the development of intercultural skills, through the training of adults in intercultural communication, and on the other, capacities for transformation and transfer of these same skills in a multicultural professional environment.
The research is based both on quantitative and qualitative data collected via a questionnaire and a semi-structured interview guide, from executives in international mobility and intercultural trainers in France.
The main results of the study show how transformation takes place more in collective work rather than in isolated activity.
Keywords : intercultural communicative skills, intercultural training, transformation, international mobility, transfer.

__________________________________________

Enjeux théoriques
résumés

__________________________________________

Stéphanie Reyssier

• Laboratoire Éducation, cultures, politiques (ECP) Ater en Sciences de l’éducation et de la formation Université Lumière Lyon 2

L’approche écologique pour percevoir les conditions favorisant le développement humain

Résumé : L’approche écologique s’intéresse aux conditions favorisant le développement humain qui est envisagé ici en termes de perception et d’activité (Bateson, 1936). Elle étudie, plus spécifiquement, les interrelations au sein de tout couplage structurel « sujet-environnement-artefact » (Guérin, 2012) et cherche à identifier les « effets de second-ordre » (Bronfenbrenner, 1979) pouvant potentiellement influer sur le développement du sujet.
Le but de cet article est de montrer la pertinence de l’approche écologique de Bronfenbrenner (1979) qui offre un cadre épistémologique pertinent notamment pour interpréter le comportement continu du sujet au-delà du micro-système étudié. Les enjeux scientifiques et méthodologiques seront abordés en termes d’ingénierie de la formation.
Mots clés : approche écologique, perception, environnement, développement humain

The Ecological Approach to perceive the Conditions of Human Development

Abstract : The ecological approach focuses on the conditions favoring human development, which is considered here in terms of perception and activity (Bateson, 1936). More specifically, it studies the relationships within the “subject-environment-artifact” structural interaction (Guérin, 2012). This approach also seeks to identify “second-order effects” that may influence the person’s development.
The purpose of this article is to show the relevance of Bronfenbrenner’s (1979) ecological approach which offers a relevant epistemological framework particularly in order to interpret the person’s continuous behavior, beyond the micro-system under study. Scientific and methodological issues will be addressed in terms of training design.
Keywords:  ecological approach, perception, environment, human development.